À l’exemple de la Vierge Mère, le contemplatif est la personne centrée en Dieu. (VDQ 10)

Therese de Jesus: Sa vie

Imprimer

A l'aube du Siècle d'Or espagnol, siècle des grandes conquêtes américaines, du développement de la foi et de la culture, naît Teresa le 28 mars 1515, à Avila. Ses parents, Dom Alonso de Cepeda et madame Béatrice de Ahumada. Elle est baptisée le 4 avril sous le nom de Teresa de Ahumada. Dans ses veines court "du sang juif" qui affecte positivement et profondément la vie de Teresa.

Le désir de l'infini la fascinait déjà depuis sa première enfance, à l'âge de 7 ans, avec son frère Rodrigo, elle cherche à "aller à la terre des maures" afin de mourir martyre. Durant l'année 1528, meurt sa mère à Gotarrendura. Se retrouvant seule Teresa va chercher une protection aux pieds de la Vierge, en lui demandant que désormais elle soit "sa mère".

A l'âge de vingt et un ans, en dépit de l'opposition paternelle, Teresa entre au Monastère de l'Incarnation à Avila. Sa vie se passe dans l'atmosphère monastique, donnée à la prière et à la méditation.

Dans ses écrits, Teresa indique ses grandes luttes pour atteindre la perfection. Un événement qui changera sa vie sera la rencontre avec une image du Christ:

"Il arriva qu'un jour, en entrant dans l'oratoire, je vis une statue rangée là; on l'avait apportée pour certaine fête qu'on célèbre dans la maison. Elle représentait un Christ tout couvert de plaies, et elle inspirait tant de dévotion que sa vue me troubla toute, car elle représentait bien ce qu'Il a souffert pour nous. J'éprouvai un tel regret d'avoir montré si peu de reconnaissance pour ses plaies que je crus que mon coeur se brisait et je me jetai devant lui en versant des torrents de larmes, le suppliant de me fortifier une fois pour toutes afin de ne plus l'offenser. (V 9,1)

À partir de ce moment-là, Teresa sent que sa vie ne lui appartient plus, et que Dieu est de plus en plus présent dans son coeur.

Blessée par la division interne de l'Église et avec le regard posé sur l'évangélisation du Nouveau Monde, elle répond à ces événements par un don total d'elle-même à Dieu.

"Je me déterminai donc à faire le tout petit peu qui dépendait de moi et était à ma portée, c'est-à-dire : suivre les conseils évangéliques aussi parfaitement que possible et tenter que les quelques religieuses de ce monastère fissent de même, confiante en la grande bonté de Dieu qui ne manque jamais d'aider celui qui se détermine à tout quitter pour lui" (C1,2)

Durant l'année 1562 elle fonde le couvent de San José d'Avila, et 17 autres monastères.

Avec Saint Jean de la Croix elle entame la fondation des premiers Carmes Déchaussés, à Duruelo le 28 novembre 1568.

À chacune de nous, ses filles, Teresa a voulu nous transmettre son idéal de vie, son chemin de perfection : vie d'intimité avec Dieu au service de l'Église, dans une Communauté joyeuse et fraternelle. Elle a su vivre sa passion pour le Christ et l'Église dans une réalité qui n'est pas tellement différente de la nôtre, parce qu'aussi l'Espagne de son temps était une mosaïque formée de différents fonds religieux et culturels, où coexistaient les trois grandes religions monothéistes.

Teresa meurt le 4 octobre 1568 à Alba de Tormes.

« Mon Seigneur et mon Epoux! elle est arrivée, l'heur tant désirée. Il temps de nous voir, mon Aimé, mon Seigneur. Il est temps de nous mettre en route» «Enfin Seigneur je suis fille de l'Église!».

 

Auto Insurance Quotes