À l’exemple de la Vierge Mère, le contemplatif est la personne centrée en Dieu. (VDQ 10)

Canonisation de la Bienheureuse Elisabeth de la Trinité

Imprimer

220px-Visage dElisabeth de la Trinité

 

   

         Lors du consistoire du 20 juin 2016, le pape François a annoncé la canonisation à Rome d'Elisabeth de la Trinité pour le 16 octobre 2016. Grande joie pour l'Eglise et pour la famille du Carmel !

 


Née dans un camp militaire le 18 juillet 1880, la petite Sabeth est fille de Capitaine et douée d'un tempérament volontaire, turbulent, violent parfois. Mais elle montre aussi un attrait pour tout ce qui est grand et beau et une ouverture à Jésus pour lequel elle veut vaincre, par amour, son "terrible caractère".

A 13 ans elle obtient le premier prix de piano au Conservatoire. Mais son ambition est ailleurs : elle veut aimer Jésus à la folie, lui consacrer sa vie. Elle mène la vie d'une jeune fille de son temps et tout la passionne : la musique, la mer, la montagne, l'amitié, mais aussi la paroisse, la visite des malades, le catéchisme aux enfants, et plus que tout, et à travers tout, la prière.

De plus en plus Elisabeth se sent appelée au Carmel pour prier sans fin et rapprocher l'humanité de Dieu. Ayant vaincu l'opposition de sa mère, elle entre au Carmel de Dijon à 21 ans. Elle est profondément heureuse : une vie toute de prière, pauvre, rude, mais éclairée par le Soleil de la présence de Dieu et de la charité fraternelle.

Après un postulat radieux et une année de noviciat difficile, elle prononce ses voeux le 11 janvier 1903. La voilà "épouse du Christ". Elle se nourrit de la Parole de Dieu, surtout de saint Paul, qui l'invite à devenir "la louange de la gloire" de Dieu, ce "Dieu qui nous a trop aimés".

Elisabeth veut lui rendre amour pour amour au coeur du quotidien, dans la vie de la communauté. Et dans ses lettres elle partage à ses amis, laïcs pour la plupart, la merveilleuse découverte : tous appelés, tous aimés, tous habités par la Présence, tous appelés à la communion avec Dieu, Père, Fils et Esprit Saint.

En 1904 elle compose sa célèbre prière : O mon Dieu Trinité que j'adore où elle se livre entièrement… Atteinte de la maladie d'Addison, alors incurable, elle va connaître en 1906 une longue agonie de neuf mois. Au milieu de grandes souffrances elle exprime encore sa joie d'aimer et de s'offrir. Elle meurt le 9 novembre 1906.

Auto Insurance Quotes