Transfiguration - Carmel Holy Land

À l’exemple de la Vierge Mère, le contemplatif est la personne centrée en Dieu. (VDQ 10)

Transfiguration

Imprimer

Jesus-transfigure 0 255 182

 

             

                Savez-vous où sont les anges sur l’icône de la Transfiguration ? 

Le 6 août nous fêterons la Transfiguration du Seigneur : jour où son Corps semblable au nôtre fut revêtu d’une grande lumière. Selon le récit de saint Marc que nous lisons cette année, Jésus emmène trois disciples, Pierre Jacques et Jean, eux seuls, à l’écart, sur une haute montagne. La tradition situe cette montagne au Mont Thabor que nos sœurs du carmel de Nazareth peuvent contempler de leurs fenêtres. Et n’ayons pas peur de l’affirmer, au carmel, nous participons en quelque sorte à cette grâce offerte aux disciples…

Le récit évangélique, comme la liturgie, magnifie la blancheur dont rayonne le Seigneur, son corps, ses vêtements. Est-ce la blancheur de sa divinité ? Celle de son humanité ? Il n’y a pas lieu de les opposer car c’est bien la divine lumière qui magnifie l’Homme-Dieu, le transfigure le temps d’un entretien avec Moïse et Elie.

Par là nos yeux sont préparés à contempler la très grande dignité de notre humanité. C’est ainsi que les anges ne sont pas représentés sur les icônes de la Transfiguration. Jésus veut révéler à ses disciples que c’est son humanité réelle, sensible, capable de souffrir qui ne fait qu’un avec sa rayonnante et éternelle divinité. Sainte Thérèse de l’Enfant jésus était émerveillée par ce mystère de beauté « sur lequel les anges se penchent avec convoitise » (cf 1P 1,12). Elle fait dire à l’Ange de la Sainte Face dans sa récréation « Les anges à la crèche » (RP3) :

   « Hélas ! pourquoi suis-je un ange,

                  incapable de souffrir ?...

   Jésus par un doux échange

   pour toi je voudrais mourir !!!... »

Et elle-même au plus fort de sa dernière maladie : « les anges ne peuvent pas souffrir, ils ne sont pas aussi heureux que moi… » (CJ 16 août 4)

Aussi réjouissons-nous et rendons grâce à Dieu notre Père de pouvoir accompagner Jésus sur la Montagne, d’éprouver notre fragilité, et de découvrir, peu à peu, la très douce clarté dont resplendira le corps de l’Eglise et chacun de nos corps de chair, au terme de notre Pâque avec le Christ.

Auto Insurance Quotes