Les Carmélites Du Moyen Orient

« Dans son amour; Dieu nous a destinés à être l’image
de son Fils » (Rm 8,29)

Carmélites Déchaussées au Moyen Orient et l’Afrique du Nord  – centre du monde religieux monothéiste-,   nous voulons embrasser  l’humanité par notre constante prière,  par notre vie qui   est réponse à l’amour gratuit, personnel et unique de Dieu, et reflet de l’histoire de Dieu avec l’humanité. Nous reconnaissons dans nos régions le commencement de l’  histoire d’amour sponsal,  initié dès la Première Alliance et qui ne sera consommé qu’à la plénitude des temps.

Nous nous sentons  partie des peuples qui marchent vers sa Lumière,  invitées à accueillir la Parole de Dieu et la faire profondément nôtre, « l’habiter », pour devenir nous-mêmes une terre  dans laquelle Jésus puisse revivre tout son mystère depuis  l’Incarnation.  Une vie cachée, silencieuse, faite de travail, d’oraison et d’intercession devant le Père. Pour devenir enfin,  une offrande de  louange, un sacrifice d’oblation, afin que tous les hommes puissent parvenir à la plénitude de la Révélation.

Contemplant Marie, Fille de Sion,  nous reconnaissons en elle le modèle de l’âme priante, des pauvres de Yahvé, toute tendue vers l’accueil de la Parole, docile à l’Esprit Saint et associée par son Oui au mystère pascal de son Fils.

La consécration totale de notre vie au Seigneur, comme moniales contemplatives,  est vécue dans nos Carmels harmonisant  silence,  solitude, et   vie fraternelle. Nos communautés ne dépassent pas vingt-et-une moniales, afin de former une sorte de famille réunie au nom de Seigneur, « un petit collège du Christ » selon l’expression de Thérèse, notre Mère.

Nous sommes des communautés internationales, selon le visage des églises particulières dans lequel nous formons parties. Appelées à vivre l’unité dans la diversité, comme un prélude de l’unité de toute l’Église, rassemblée en un seul Corps, animé par l’amour.

A la suite des prophètes, spécialement du prophète Élie – vénéré dans notre Ordre depuis le commencement-  et de tous les justes qui ont cru dans les promesses, nous voulons être nous-mêmes un signe prophétique en invitant  à marcher vers cette autre terre  qui n’appartient pas à la géographie de ce monde, vers la Jérusalem d’en haut.