Méditation sur Notre-Dame du Mont-Carmel

Nous avons demandé à une de nos sœurs ainées de la communauté de nous rédiger quelques mots pour la célébration de Notre-Dame du Mont-Carmel et voici :

Si nous ouvrons l’Evangile, le livre plus cher à la chrétienté, nous  y trouvons écrite et bien documentée la vie de la Vierge Marie. L’Annonciation, la visitation, la naissance de Jésus et tout ce qui a suivi, jusqu’à au Calvaire, ou elle est devenue notre mère, dans la personne de Jean, qui la prit chez-lui.

Quand la Bonne Nouvelle s’est répandue dans le monde entier celle que nous appelons « la dévotion »  mariale a pris naissance. Ce n’est pas ici le lieu d’énumérer les titres des vocables et des sanctuaires que lui sont dédiés.

Pour ceux et celles qui vivent sur le Mont Carmel dire « Notre-Dame du Mont-Carmel » c’est dire notre sœur, notre mère, la beauté du Carmel.   Si on arrive à Haifa (provenant d’Akko, l’ancienne Saint Jean d’Acre) on est en face de la chaine du Carmel d’environ 30 kms et on peut admirer le promontoire, où est bâtie la basilique Stella Maris ;  notre monastère est plus haut. Et après dans la partie la plus haute, le Muhraqa, le lieu du Sacrifice d’Elie, relaté dans le 1 livre des Rois (18,21-29).

Le scapulaire du Carmel

Le scapulaire du Carmel est largement connu et constitue, avec le chapelet, une façon de proximité à Marie.   Saint Simon Stock, carme anglais du XIIIème siècle eut une apparition de la Vierge qu’ il implorait avec le chant plus répandu dans l’Ordre :

Fleur du Carmel

Vigne fleurie

Splendeur du ciel

Vierge féconde

Mère douce et

Toute pure

Donne-nous un signe

De ta maternelle

Protection, étoile

De la mer.

Marie lui tendu un scapulaire, comme réponse  à sa demande et comme gage de protection. Il est imposé à ceux qui le désirent, par la médiation d’un prêtre.

Decor Carmeli se traduit par « la Beauté du Carmel » et c’est la réalité. Au printemps la nature se revêt de beauté par les fleurs ravissantes, le chant des oiseaux, la verdure de la forêt du Carmel, le lever et le coucher du soleil.

De notre terrasse nous contemplons la mer et nous pensons à ces croisées, qui au XII siècle, on voulut rester dans le wadi-es-Siah, comme « Frères de Notre-Dame du Mont Carmel » pour y vivre en ermites. On peut encore visiter les fouilles du monastère et gouter le silence, dont jouissaient nos pères, près de la source d’Elie, qui encore donne de l’eau en abondance.

Nous vous offrons quelques traces d’une belle synthèse, qui se trouve dans le Missel de la Semaine présenté par Pierre Jounel au 16 juillet, commémoration de Notre Dame du Mont Carmel : L’Ordre du Carmel aima se placer dès son origine sous le patronage de la Mère des contemplatifs. Au XVI siècle, les deux docteurs et refondateurs de l’Ordre, sainte Thérèse d’Avila et saint Jean de la Croix, firent de la montée du Carmel le symbole de ce que saint Bonaventure appelait « l’itinéraire vers Dieu ». C’est pourquoi nous demandons aujourd’hui au Seigneur de parvenir, grâce à « la prise maternelle de Marie », « à la montagne véritable, qui est le Christ ».

Laissons-nous entrainer par Marie vers le Christ, Notre Seigneur.

Monastère Notre-Dame du Mont Carmel

 

 

Add Your Comment